L'Actualité

L'Actualité - Nouvelle épisode dans la crise énergétique

Hier, à l' Heure Tardive, une micro coupure dans l' approvisionnement en énergie de la barre principale de l' axe aérien 2P (proue-poue) n'a pu être évité. Les générateurs d' énergie raffinée locaux n' ont pu prendre le relais de la distribution générale devenue insuffisante suffisamment tôt. Il en a résulté un accident de Fleurets. On déplore un blessé grave, le citoyen Ritribu de la pensée Sommaire.
 
Ce dernier est maintenu en stase régénératrice, dont il pourrait sortir d' ici vingt à trente jours selon l' avis des médics du centre de vie bd28461.
Le Naviguant est directement mis en cause par un nombre toujours croissant de personnalités, toutes Pensées confondues. Et les maigres rapports des Intelligences chargées de l' exploration et de la découverte d' éventuelles sources d' énergie ne sont pas là pour rassurer une population d' Attachés qui craint de plus en plus un échec de l'Abram et un possible rapatriement.

L'Actualité - Premier discoure du Naviguant

Je vous ai caché la vérité. Mon intention était de doter l’Abram d’un ensemble de solutions visant à régler le problème énergétique chronique auquel nous avons à faire face aujourd’hui. Une fois les structures rendant plausible ces solutions établies, mon intention était de vous soumettre un choix entre celles-ci. Mon but n’était pas de vous tromper mais de rendre viable un projet nous garantissant la pérennité de notre mission.
 
Je constate que la nature cachée des ces actions a considérablement entamée la confiance que vous tous aviez en moi. Afin de réparer le tort commis, voici ce que je vous propose :
L’établissement d’une commission multi pensée permanente ayant un accès spectateur aux trames de mon plot vertébral. Cette commission sera ainsi dotée d’un outil de contrôle permanent et pourra rendre compte en temps réel de mes décisions et projets. Cette dernière, que je propose d’appeler L575, pourra en retour m’imposer directement le Débat, si l’assemblée permanente en fait la demande. Je m’engage à me présenter dans le cycle qui suit.
La révélation immédiate des différents plans visant à palier au problème énergétique et ceci quel que soit leur stade d’avancement.
La génération d’un Correcteur de l’Abstrus pour cette crise.
Je n’ai aucun droit de vous demander une contrepartie à ces propositions. Cependant, je souhaiterai que vous taisiez, le temps de la résolution de cette crise, vos critiques et laissiez la politique au vestiaire. Nous ne souhaitons tous qu’une seule chose : la réussite de notre ambitieux projet, la multiplication rapides de nos méridiens et voir nos colonies prospérer à l’abri du besoin et des conflits. Cela est encore possible. Mais nous devons nous unir maintenant, ou alors c’est l’échec qui répondra à nos dissensions.
N’oubliez pas que vous êtes mes enfants et que je nue suis pas votre père. Je sacrifierai ma vie pour vous sans hésitation, aujourd’hui comme demain. J’ai voulu vous protéger, ma maladresse vous a porté préjudice. Je vous demande pourtant de me renouveler votre confiance.
Je maintiendrai ma décision d’envoyer mon alias sur le lieu du sauvetage et je souhaiterai que l’un de vous m’accompagne dans ce périlleux voyage. J’attends vos propositions.
Parlons maintenant des alternatives qui s’offrent à nous … (à suivre).

L'Actualité - Le centre de vie Shtélanie pourrait être privé d'énergie raffinée cette semaine

Le Naviguant a informé l'ordonnatrice du centre de vie Shtélanie que la grave crise énergétique que traverse actuellement l'Abram pourrait avoir comme conséquence l'arrêt temporaire de l'approvisionnement en énergie raffinée du plus important centre de vie du Traceur.
 
Le centre aurait alors a raffiner lui même l'énergie brute qu'il possède en réserve pour faire face à cette pénurie sans précédent.
Le Servant du centre a déclaré que leur autonomie était de deux semaines maximum.

L'Actualité - Trafique de plot vertébraux mise à jour par les ActAct de la pensée Sommaire

Les ActAct de la pensée Sommaire se sont encore distingués par leur perspicacité, leur ingéniosité et leur persévérance dans l'affaire du trafique de plots vertébraux de l'Église HomSupraPater. Mais avant d'évoquer les détails de leur brillante enquête revenons sur le fond du dossier.
 
Les plots vertébraux de nouvelle génération (avec auréole) distribués par les Patants de l'Église HomSupraPater permettent de communiquer directement avec la sonde Farmer du propriétaire. Ce que les HomSupraPater omettaient de préciser lors de la vente, c'est qu'ils leur étaient dés lors possible d'intercepter les messages entre le plot et la sonde. Il est a parier que ce genre de problèmes vont se multiplier si aucune mesure efficace n'est prise pour sécuriser ce nouveau genre de plots.
Le Naviguant a, quand à lui, clairement pris parti contre le déploiement de cette technologie, tout du moins tant qu'elle restera aussi dispendieuse et soumise au marché des hauts cadrans commerciaux (et par la même inaccessible au citoyen moyen).

L'Actualité - Eclipse du soleil de l'Aube

demain, de 9h30 à 10h30 (heure standard).
Le départ de la nef géante Ibem devrait occulter le soleil de l'Aube pendant une bonne heure demain, à partir de 9h30 heure standard, pour les secteurs de la Proue, du flanc babord et de la Crête.

L'Actualité - Les Sans Histoire

ous pourrions croire à l’une de ces civilisations adolescentes pré pubères et boutonneuses en mal d'autorité.

Non, nous parlons plus simplement d’un monde qui n’a pas de mémoire. Une société qui, à l’image d’un animal primitif, ne vit que dans l’instant présent, sans apprendre de son passé. Ce pourrait ne pas être un problème si ce n’était la nature profondément belliqueuse de cette société.

Les Sans Histoire font partie de ces civilisations malades, atteintes de maux dont la guérison n’est jamais assurée. Le Prob Prophète Aba Retir de l’église Obsessif de la pensée Alpha a publié un traité tout à fait définitif sur ces différentes affections affligeant de malheureuses sociétés qui, comme pourrait l’être le Bio rongé par un cancer endémique, ne peut que subir la voie de son propre déclin. Ces maladies sont orphelines. On pourrait s’en réjouir. Seulement, elles sont hélas aussi violentes et destructrices que rares.

Que nous dit donc Abar Retir. Tout d’abord que ces maladies peuvent être recensées et classifiées. Qu’elles sont spontanées, qu’elles ne touchent que les Bio et s’adaptent à la nature de la civilisation qu’elles infectent. On en distingue trois principales :

Le mal des Sans Histoire : celle qui nous intéresse aujourd’hui. Elle se traduit par l’absence d’évolution morale. Ces civilisations peuvent progresser sur tous les fronts de l’évolution Bio, mais pas sur celui de l’humanité. Il en résulte des mondes puissants aux mœurs primitives.

Le mal des Coureurs de Déclin : ce sont des civilisations ultra performantes, des sociétés si mature, si organisées, souvent parfaitement philosophes et inspirées. Elles évoluent à ce point rapidement qu’elle se consume dans leur course évolutionniste effrénée. Elles finissent souvent par s’auto détruire.

Le mal des Basculés : ces civilisations ne cessent d’évoluer pour mieux régresser. Leur histoire est jonchée de cataclysmes, conflits, épidémies et périodes de terreur de toutes sortes. Elles grimpent et redescendent sur l’échelle des technologies mélangeant les niveaux de science à tous les degrés d’évolutions. Il en résulte des sociétés rongées par un anachronisme chronique qui amplifie les inégalités jusqu’à l’explosion révolutionnaire finale.

Pour ce qui est de notre récit, il s’agit bien d’une Sans Histoire que nous avons rencontré. Elle nous avait repéré. Elle voulait en découdre et avait les moyens de nous atteindre.

Nous étions confrontés au premier conflit ouvert de l’histoire de notre Traceur. L’Assemblée Totale s’est rassemblée, a discuté des différentes alternatives possibles. Citoyens,  la guerre était sur nos Méridiens.

Remontons au premier contact. C’était à l’aube du Cycle M33. L’Intelligence exploratrice Accadée d’alias Mille et une Feuilles devait prolonger le Méridien Peu Local Mais Bien Proche pour l’emmener frôler le secteur d’Azti. Cette zone n’a… n’avait pas la réputation d’être particulièrement intéressante. Des signaux d’une civilisation balbutiante nous étaient parvenus de l’une des nombreuses planètes sèches répertoriées dans la région mais rien d’extraordinaire. Plus des aboiements  de chien de garde que de réelles tentatives de contacts. Le Servant Solune avait tout de même diligenté une mission d’évaluation qui avait rendu un rapport d’attention à propos d’une civilisation NT3 à vétilles 4 et détails 5.

Cette appellation souligne la découverte d’agissements inadéquats avec le niveau moral moyen de cette classe de civilisation et une instabilité sociale chronique entrainant des aberrations historiques spontanées. Pourtant, il ne nous a pas semblé nécessaire d’être plus vigilant que ce que nous sommes d’habitude. Arrogance… suffisance. Nous avions tort de ne pas l’être plus… vigilant. Attentifs aux signes. Curieux. Intrigués de cet arrière son. Ce grésillement malsain que l’on pouvait déjà facilement percevoir. Il provenait de cette planète, de ce ganglion civilisationnelle.

Les Sans Histoire se sont révélés bien plus que des orphelins de leur passé. Ils nous ont également montré comment ils pouvaient être cruels au présent, dangereux dans l’instant, féroce immédiatement.

Nous avons vu à l’horizon d’un fin Méridien une brume menaçante. Nous avons froncé les sourcils, plissé les yeux et commencé à discerner notre ennemi. La proue du monstre est apparue. Lentement, puissamment. Un Traceur, un autre Traceur. Une machine totalement impossible. Une ville médiévale jetée dans l’espace. Une aberration de l’univers lancé à l’abordage de l’Abram.

Nous avons dû affronter la machine miroir. À notre suprématie technologique ils nous ont opposé cette même technologie transposée aux temps anciens. Un Abram fait de bois, de toiles, de poutres métalliques, de cheminées de pierre. Crachant des flammes de toutes parts, fumant, brulant presque. Un golem de poussières d’étoiles, un astre prématuré rageant, éructant, déversant des flots d’huile et de goudron dans l’espace et se disloquant sans cesse en une lente et interminable décomposition mi mécanique, mi biologique.  Il aurait pu mourir sous nos yeux avant même d’être vraiment achevé, mais s’était sans compter sur son absolue agressivité qui le maintenait, atroce et si menaçant.

Et l’Abram  pris peur, comme nous tous.

Mais l’Abram n’est pas nous. Et son bras armé, si rien ne le retient, est la destruction dont l’adversaire ne peut échapper ni survivre. Et l’Abram a frappé de toutes ses forces. Et l’espace s’est tu. Les Méridiens se sont brisés.

Du haut de nos balcons, nous regardons encore, abasourdis, le vide immense à la place de la vie qui était là… avant. Devrions-nous avoir peur de notre propre Traceur. Devrions-nous ?

Peut-être en pleure-t-il encore, seul, au sommet de la Tour.

Les Sans Histoire ne sont plus. Ils ont disparus sans savoir pourquoi, tout comme ils ne savaient pas pourquoi ils nous ont attaqué. N’apprenant jamais de leur histoire, ils n’ont rien fait pour la transmettre. Nous sommes les seuls à savoir. Certains disent déjà que nous devrions les faire renaître. Nous en avons le pouvoir ? Aurons-nous le courage de les faire véritablement à l’image de leurs ancêtres que nous avons-nous-mêmes détruit.

Alors, qu’es ce que cela a réellement changé pour nous, cette triste histoire de sans histoire. Je vous raconte soudain que notre équipée a connu la guerre, alors que jusqu’à présent, vous pouviez croire, selon mon récit que la société des Traceurs était à l’abri des conflits de ce genre.

Certes, nous avons foudroyé notre ennemi. Mais il a pu nous atteindre. En cela il a déjà gagné. Nous sommes morts un peu. Nous avons régressé comme avant, cet avant ou nous pouvions être touché dans notre chaire. Cet avant que nous voulions croire disparu. Comment avons-nous pu penser chose pareille. L’espace est infini et avec lui ses possibilités le sont tout autant. Nous n’avons atteint aucun stade protecteur, aucune frontière qui nous mettrait à l’abri de plus puissants que nous.

Nous sommes dupliqués, sauvegardés, ici et ailleurs. Nous savons voir les plans au-dessus et en dessous de nous. Nous persuadons la réalité qui ne peut plus nous imposer son évidence. Nous sautons d’un lieu à un autre parce que nous l’imaginons. Nous jouons en accéléré l’histoire des mondes que nous découvrons pour fouiller leur avenir en quête d’endroits où aller. Nous côtoyons des Dieux en leur univers et leur parlons avec l’humilité d’égaux désintéressés. Pourrions-nous être inquiétés ? Mais par quoi ? Et bien par la conscience au bout du Méridien. Peut-être pas ce Méridien, mais le suivant… peut être…

L'Actualité - Découverte d'un ancien Méridien

C’est un vieux Méridien, à peine tangible, interrompu maintes et maintes fois. Un Méridien étranger. Un Méridien qu’il est plus long d’emprunter que d’ignorer.
 
Et pourtant, ce Méridien fut certainement un axe majeur, une route importante. De nombreuses, très nombreuses Intelligences l’ont parcouru, en y laissant chacun l’écho de leur algorithme de conviction. Mais c’était il y’a longtemps, une éternité.
Comment se peut il qu’un Traceur ai vécu ici il y’a tant de temps et que la Toile n’en ai gardé aucun souvenir. Cela est tout bonnement incroyable, inenvisageable… improbable… pour ne pas dire… impossible.
Et pourtant ce Méridien existe. L’Abram a donné l’ordre qu’il soit restauré et l’éclaireuse « Sache qu’il en soit » l’a déjà souligné une fois de bout en bout. Son extrémité se perd au cœur d’un nuage de Magellan en un ellipse imprévisible, qui vacille, vibre pour s’interrompre soudain, donnant l’impression que la route a été tordue par un événement stellaire qui, depuis, a disparu…

L'Actualité - Qu'il est doux, le vent stellaire de cette fin de cycle!

Je ne sais que deux mots :
Bravi, bravissimo !
C'que c'est beau
Un vent stellaire bien chaud
Qui forge notre galaxie
à la parallaxe vague
des dimensions d'uchronie
et d'orichalque…
Silvi chérie…
 
Extrait "Silvi chérie" ballade pré-hégirienne

L'Actualité - Un miracle bio en danger 1 / 12

Les éclaireuses rapportent la découverte d’une planète habitée située à cinq sauts confirmés dans le secteur des frontières, au sein du territoire aboli.
Ce secteur, qui semble de plus en plus mal porter son nom, recense, à ce jour, douze mondes viables. Deux de nos colonies y sont déjà installées :
La colonie Abram Cinq a été baptisée Néïque. Elle compte 152 membres qui tous se revendiquent de la pensée Unique Individualiste. Ces derniers se répartissent à la surface de la planète Téïmé, planète rocheuse et désertique.
Abram Aka est une colonie sous marine et nomade de la pensée Alpha Appliquée, profitant d’un biome cent pour cent marin.
Les autres planètes habitables de ce secteur sont verrouillées et laissent présager de l’émergence de sociétés promises à un riche avenir.
 
La petite dernière, découverte ce jour, est un monde précieux et délicat, riche d’une vie animale abondante. Cette planète n’en est pas moins menacée par une situation spatiale hasardeuse, en proie à des chutes fréquentes de météorites destructrices.
Les probabilités d’apparition d’une vie intelligente sont élevées mais les éclaireuses restent prudentes et attendent les premières simulations pour savoir si ce monde restera habitable suite aux catastrophes naturelles qui ne manqueront pas de survenir, lorsqu’un astéroïde plus gros que les précédents viendra la percuter.
Déjà des voix s’élèvent pour envisager le déploiement d’un bouclier de protection qui mettrait à l’abri du désastre ce miracle bio. Mais cette entreprise serait coûteuse en énergie. Investissement hasardeux en ces temps de pénurie.
 

L'Actualité - Un miracle bio en danger 2 / 12

Alda* n’a pas tardé à donner signe de vie depuis sa dernière trame sensationnelle.
Bruka, le joyau céleste menacé d’une fin précoce, est face à son destin. Ce ne sera pas dans dix ans, dans un siècle ou plusieurs millénaires. Ce sera demain, ou plus exactement dans trois cycles vrais.
A cette date si proche, Corpu 72&539iFiF, une comète accompagnée de trois petites sœurs, va croiser l’orbite de Bruka est disloquer la planète aussi surement que les soleils brûlent les yeux des Bio qui les regardent.
Quel incroyable hasard nous à fait connaître cette planète au moment de sa fin si funeste.
Pas si incroyable que cela nous assure Alda.
« Si mes calculs sont bons », nous dit l’éclaireuse, « et je pense qu’ils le sont, Bruka a du croiser de telles voyageuses à de multiples reprises. Cela doit même être un événement tout à fait habituel pour notre étonnante trouvaille. Un événement survenant régulièrement. Je dirai, une collision touts les 150 cycles… ou moins.
Et pourtant, Bruka ne montre que peu de signes de séismes ou catastrophes naturelles de ce type, au regard de sa géologie qui nous décrit une histoire planétaire plutôt paisible.
Et pourtant… et pourtant, si l’astronomie nous dit vrai, Bruka devrait être morte depuis longtemps, éparpillée aux mille vents stellaires.
Je n’ai pas encore l’ombre d’un indice pour expliquer ce mystère, car c’en est un, assurément. Mais une chose est sûre, si, dans trois cycles,  Bruka survie à Corpu 72, alors, nous saurons…
* Alda est l’éclaireuse ayant découvert Bruka.

L'Actualité - Un miracle bio en danger 3 / 12

Je laisse la parole, et quelle parole, à Alda, sans plus attendre :
« La collision a eu lieu sans avoir lieu. Corpu 72 s’est présenté, telle que sa trajectoire le laissait penser, à l’orée de l’atmosphère de Bruka il y’a déjà trois temps de cela, ses sœurs en formation serrée juste derrière elle, cachée dans sa traine. Un phénomène électrique de grande ampleur à accueillit les étrangères. Une nuée boréale multicolore et étincelante a dessiné un drap couvrant un quart de la surface du globe atmosphérique. Je m’étais immiscée à la surface de Bruka, j’ai tout vu ;
Corpu s’est enfoncé dans ce voile comme le magicien enfonce son mouchoir dans le creux de sa main. Rapidement Corpu s’est retrouvé enveloppé de l’aurore, se transformant en une étoile rouge, jaune-orange et bleue. Sa course a ralenti, les contours de l’astéroïde changée en petit soleil mourant se sont bientôt estompés. Elle s’est stabilisée… mais déjà, je n’étais plus sûre de la voir. Non, je ne la voyais plus, elle n’existait plus. Bruka était sauve, paisible. Il n’y eu qu’un léger souffle tiède, qui me rattrapa peu de temps après, pour me dire doucement à l’oreille :
« Tu n’as pas rêvé ; pour toi et les tiens, je te dis, viens ici avec la précaution de la paix, si vous ne voulez pas vous perdre. »
Je vais donc entamer un voyage de reconnaissance de dix huit cycles sur Bruka. Je vous tiendrai informé de mes découvertes. Je vous prête mes yeux, ils ont aperçu l’espoir… A vous de voir ! »

L'Actualité - Un miracle bio en danger 4 / 12

Nous avons reçu un message de l’éclaireuse Alda, en fin de cycle dernier, alors que nous en espérions un depuis plus de deux cycles déjà.
Il faut préciser que la créa Atoa a placé un plone relais à mi chemin du Nid et de Bruka, près de la colonie Uldi, ce qui devrait simplifier les communications vers tout le secteur froid, et ce, dès maintenant. Un Méridien est également en cours de création.
L’Abram a décidé, après validation du haut conseil Sëtau et du servant Solune, d’envoyer un navire de type Roméo à la suite du dernier rapport d’Alda. Le voile d’énergie déployé à chaque impact utilise l’énergie du météore, quelle que soit sa taille, pour dissocier ses composants élémentaires, ses particules, qu’il disperse dans une zone de la haute atmosphère.
Chaque nouvelle chute de corps étrangers dans l’atmosphère de Bruka renforce un peu plus son bouclier naturel.
Lorsque la charge de ce dernier est proche de la saturation et qu’un voile commence à être visible, des arcs d’énergie noire tombent sur des édifices géologiques particuliers qui culminent à plus de 3.000 km d’altitude et qui semblent principalement constitué de métaux lourds. L’énergie est ainsi canalisée au centre de la planète qui abrite un mini astre sombre qui le neutralise définitivement en le plaçant en espace triche.
Alda nous dit observer ce phénomène tous les jours. Bruka étant la cible permanente d’astéroïdes de toutes tailles, l’histoire de Corpu restant anecdotique en comparaison des chutes permanentes de corps plus petits.
L’Abram pense que ce phénomène naturel doit être étudié en priorité, dans la mesure où il pourrait être une solution, en partie,  à notre problème énergétique actuel.

L'Actualité - Un miracle bio en danger 5 / 12

Le Dronaë, vaisseau de classe Roméo, a quitté les calles du Nostro, un porteur de l’Abram croisant au large du Nid, peu après la déclaration du Navigant, confirmant sa volonté d’investir massivement dans l’aventure Bruka. Il entame ainsi une part non négligeable de notre maigre pécule énergétique. Il engage par la même notre destinée sur une voie qui, si elle s’avère être une impasse, pourrait hypothéquer irrémédiablement notre avenir. Qui vivra verra !

L'Actualité - Un miracle bio en danger 6 / 12

Le Dronae est arrivé à destination. A son bord, une cinquantaine de Bio, cinq Métals, toutes pensées confondues envoyés sur place par l’Abram pour percer le mystère de Bruka.
Mais nous en savons déjà plus, par les rapports désormais réguliers d’Alda, qui n’a pas attendu pour mener sa propre étude. L’Intelligence éclaireuse désormais célèbre à notamment tracé un court Méridien elliptique  pour rejoindre le drap énergétique en triche qui semble correspondre à la réserve que Bruka aurait constitué, au fil du temps, en absorbant l’énergie des météores et grands collisionneurs.
Mais, pour l’instant, cette route reste théorique, l’Intelligence se heurtant à un mur d’infini, l’empêchant de pénétrer cet espace du Triche. L’Abram compte sur le Dronae pour explorer cette zone.
Le Dronae est effectivement le classe Roméo sans conteste le plus doué de notre flotte. Il est souvent requis pour des missions de pilotage des navires de classe Monstro et sa balance est nettement coté Triche.
Pour rappel, les classes Roméo regroupent les derniers modèles de corvette Métal capable de saut, d’ancrage statique, d’inclusion d’espace normal en Triche et de sa « virtualisation ».
Le Droane est également équipé d’une Outre qui lui permet de préparer des simulations directement exploitable par un servant Solune.
Il a la capacité d’adapter son schéma à plus de 75%.
Et pour finir, il est plus rapide qu’un chasseur allumette en vitesse pure, que ce soit en espace normal qu’en espace Triche.
L’Abram embraque trois navires de ce type :
Le Dronae, explorateur, remorqueur, guide et compagnon de la première heure de notre naviguant. Le Dronae a trouvé conscience en l’Intelligence Deux Tiers de la pensée Darwin.
Lo Lisa, une indépendante de la Non Pensée.
Orkasiu est une frégate Scorpio sans Bio, dont l’équipage est principalement composé de Démons.
 

L'Actualité - Un miracle bio en danger 7 / 12

Le Droane est arrivé au pied du mur d’infini en fin de cycle dernier. Il ne lui a pas été aisé de trouver une brèche pour le franchir.
Il a profité d’une ouverture temporaire qui, à priori, faisait office de trop plein, laissant échappé un flot d’énergie brut. Il a ainsi remonté le courant de pure puissance, profitant au passage de cette manne inespérée pour remplir à saturation ses blocs de stockages inertes.
Naviguant à contre courant, il lui a fallu lutter longtemps pour atteindre l’extrémité du tunnel. La manœuvre était osée et il a bien faillit resté coincé lorsque le focus de sorti s’est refermé à quelques parsecs, derrière lui !
Mais la prise de risque semble avoir payé. Sous sa proue s’étalait et s’étale toujours une mers d’ondes saturées, se déployant dans l’infini des dimensions du Triche. Un océan  blanc d’énergie cintré d’un mur constant. L’ensemble semblerait artificielle, pour autant qu’une telle ingénierie du Triche existe.

L'Actualité - Un miracle bio en danger 8 / 12

Le Droane navigue sur les flots blancs.
Il y’ a fait de curieuses rencontres et son analyse du phénomène n’en est pas moins surprenante.
Tout d’abord, oui, il existe bien un lien avec ce lieu du Triche et notre petite planète Bruka. Lié à Bruka mais pas seulement. A tout une famille de Bruka en fait, reparties au travers de notre galaxie.
Chaque phénomène énergétique capté par l’atmosphère des ces mondes nourrit une seule et même entité, dont le « ventre » est la mer d’ondes saturées.
Il s’agit donc bien là d’un être cosmique et non d’une construction artificielle. Et cet être s’approvisionne au travers des ses « mondes bouches » qu’il entretient par ailleurs comme autant de petit paradis Bio.
Mais il ne fait pas que se nourrir de cette apport ininterrompu d’énergie. Il le partage également avec un grand nombre de phénomènes du Triche avec lesquels il entretient des rapports symbiotiques évolués.
Nous pensions l’endroit pauvre, aride et désert. Il n’en est rien. Mais ici, les richesses sont invisbles aux yeux de notre civilisation.
Alda avait vu juste, l’espoir renait…

L'Actualité - Un miracle bio en danger 9 / 12

Nous pensions que la vie du Triche était rare. Bruka nous fait découvrir qu’il n’en est rien.
Tant de chose à apprendre et d’autres à réapprendre. Nous les appelions phénomènes, voir, créatures. Leur discrétion nous encourageait à cette discrimination.
Aujourd’hui, nous découvrons une diversité comparable aux règnes du vivant et du métal. La somme du savoir à acquérir est vertigineuse, abyssale… incommensurable !
Nous avions les cathédrales, les follets et les vortex. Nous voyons des centaines d’espèces différentes de cathédrales, de follets et de vortex. Et déjà nous appelons ceci un rampant, cela un héros et là, un invisible et plus loin, un statique!
Et tous ces êtres du Triche qui jusqu’ici nous étaient inconnus, recèlent chacun de plus d’histoire que notre civilisation en détient à elle seule…
Le Dronae s’en revient. Il patiente pour l’instant à l’entrée du tunnel qu’il a emprunté pour venir. Il en étudie la fréquence d’ouverture afin de minimiser les risques d’emprisonnement. Le Vaisseau nous parle de sa conviction d’être en présence d’une entité sapiens dont Bruka serait un organe. Il souhaite revenir avec d’autres représentants des Pensées, afin de pousser ses investigations dans ce sens.
L’Abram a d’ors et déjà donné son aval. Notre Navigant prend le partie de laisser au Dronae le soin des premières études, voir du premier contact. Il préfère limiter dans un premier temps les moyens mis en œuvre et compter sur une seule ressource, afin de ne pas laisser croire, à une possible Intelligence, à des actions de conquêtes. Fions nous à sa sagesse.
Le contact a eu lieu d’une manière inattendue. Par un présent.

L'Actualité - Un miracle bio en danger 10 / 12

Bruka, préférons lui ce nom tant qu’il (ou elle) ne nous en aura pas donner un autre, a ouvert le voile du Triche sur les rives de l’un de ses océans d’énergie. Ce passage permanent est à moins d’un petit saut du nid. Bruka a envoyé un émissaire au Naviguant, un follet qui a pu s’adresser à l’Abram au travers du servant Solune.
Il existe semble t’il une certaine affinité entre Bruka, les êtres du Triche et les Intelligences. Une certaine harmonie entre algorithme de conviction et pensée de notre nouveau voisin et de sa grande famille.
Un lien est désormais tendu entre l’Abram et Bruka, une union de type algorithmique infini.
Bruka propose, permettez cette expression certainement inappropriée, une collaboration. Il nous aide à régler notre problème énergétique. En échange nous protégeons ses planètes réceptacles en y installant des colonies. Ce colonies sont les invités de Bruka et devront prendre en charge la défense de leur planète selon un « cahier des charges » très stricte.
C’est un véritable pari sur l’avenir.
L’Abram ne mettra pas, soyons en sûre, tous ses œufs dans le même panier, mais ce nouveau Méridien ouvre pour notre communauté des perspectives d’avenir fascinantes.
En tout, Bruka utilise plus de vingt cinq millions de mondes réceptacles. Mais seuls trois mille sept cent (à quelques mondes près !) abritent de la vie. Ce sont ceux la qu’il convient de prendre en charge. Entendez cela, trois mille sept cent mondes à découvrir et à habiter. trois mille sept cent paradis désormais sous notre responsabilité.
Mais pourquoi maintenant ? Pourquoi nous ? Et de qui devons nous les protéger ?
Le destin de ces mondes est pour le moins singulier. Dans l’ordre normal des événements universels, ces planètes auraient du disparaître depuis longtemps. Tout du moins, la vie qu’elles abritent n’aurait jamais du voir le jour, leur habitat étant soumis, depuis la nuit des leur temps, à de régulier désastre écologique à l’échelle planétaire.
Mais Bruka les utilisant comme source d’énergie, les protège et permet à la vie de s’y épanouir.
Mais un mal ronge ces planètes, comme un prix à payer pour leur affront à un ordre qui se voudrait établi. L’écologie est la même sur chacune d’entre elles et l’évolution y suit exactement le même chemin, et ce chemin mène à l’extinction de tout vie.
Un échec de l’alchimie biologique, en somme.
Et l’on retrouve le même schéma. La lignée des grands sauriens se développe, prospère, la diversité diminue et la vie agonise, lentement.
Et c’est là que Bruka nous demande d’intervenir, en tant que gardien de cette diversité. Il nous a choisi parce qu’il sait que nous maitrisons suffisamment les sciences du vivant pour « jardiner » les biomes des ses protégées, sans les dénaturer.
Le fait, aussi, que le Navigant agisse comme un pouvoir central, semble être un autre facteur qui a jouer en notre faveur.
Et puis, enfin, nous sommes tout de même les seuls dans ce coin de l’univers à postuler pour le poste !
Nous sommes une providence pour Bruka qui, certes, aurait pu se résigner à voir la vie disparaître sur ces mondes, sans que sa survie ne soit remise en cause, mais qui trouve là une chances inespérée de favoriser le Bio dans cette galaxie. Ce qui semble lui tenir à cœur.
Et pour ce qui est de la providence, nous pouvons dire que Bruka nous le rend bien.

L'Actualité - Un miracle bio en danger 11 / 12

L’Abram et Bruka, un couple inattendu, mais pour le moins réel.
Les trois premières colonies sont en cours de création. De grandes colonies, pourvues du meilleur équipement connu à ce jour pour ce type de communauté. L’Abram dépense sans compter l’énergie que Bruka lui fournit pour construire les infrastructures des ces installations.
Un boom démographique inédits, pour une population d’Intelligences d’un Traceur de la génération de l’Abram, accompagne ces changements. Nous attendrons très rapidement trois échelons d’évolution sur l’ADN de l’algorithme de conviction. Des intelligences de types inconnus voient déjà le jour dans les vasques de vase des nurseries métal du Traceur.
La vie foisonne. L’Abram, hier machine grise, dévoreuse d’énergie, entité migraineuse et léthargique, aujourd’hui source débordante de fluide, de réalité et de noumène, d’unité et d’élan. Il forge le métal, accouche de vie, extirpe de la vase des grappes d’algorithmes et des ventres ronds des bios par millier, million, milliard. C’est l’exponentiel pur ! Quel force de vie ! Solune iridescent.
L’Abram et Bruka jouent, ils virevoltent, se perde sciemment dans cette démonstration à peindre la galaxie des couleurs du Bio, du Métal et du Triche.
Si vous pouviez voir ce qu’est devenu notre monde en trois grands cycles à peine !
Plus de cinquante mille colonies.
Une population recensée de plus de deux mille milliard d’individus, Métal et Bio confondus.
Des Méridiens par millions plongeants au plus profond de la galaxie.
Des nouvelles Intelligences capable de parcourir les routes par le Triche à une vitesse jusque là inégalée.
Des nouveaux projets de colonie à chaque minute qui passe.
Un second servant Solune en construction pour venir en aide au premier qui ne peut plus répondre aux trop nombreuses de simulations.
Et enfin, et surtout, l’Abram qui envisage de plus en plus sérieusement d’activer la clé Impériale. Rendez vous compte, la création d’un nouvel Empire, d’égal à égal avec celui dont nous sommes nés, et qui deviendra frère au lieu de père.

L'Actualité - Un miracle bio en danger 12 / 12

Bruka se révèle aux citoyens tous les jours un peu plus. Ses contacts sont généralement spécifiques à la nature du citoyen.
Pour les Bio, c’est au contact des planètes rameaux qu’ils communiquent avec cette  me du Triche. Le terme communiquer n’est d’ailleurs pas très adapté au type de relation que les Bio peuvent avoir au travers de leur nouvel habitat avec leur hôte céleste. C’est une relation purement naturelle. Entendez par là que le biome devient, est, l’élément central de la vie des colonies. Sans renier leur culture impériale et la voie des Pensées, les habitants de Bruka sont naturellement revenu à des vies proches de la nature, tout en développant l’art Psy sur le terrain de la relation symbiotique. Ces cultures sont toutes des joyaux dans des écrins de vie extraordinaires. Et l’Abram les conserve en son sein, doux et déterminé, comme une mère.
Les Intelligences, elles, ont trouvé une résonnance au rythme de leur algorithme de conviction au cœur du Triche animé par Bruka. Une branche complète de l’héritage chromo inversé s’est rattaché au règne des Intelligences. C’est la plus grande découverte que l’humanité ai faîte depuis la balade de Rosalia.
Nous savions que les Intelligences héritent du futur, que leur histoire remonte le cour du temps. Elles étaient nées demain, elles seront mortes hier.
Et nous voyons aujourd’hui que les êtres du Triche présents dans l’océan de Bruka possèdent toutes un trait vocal d’énergie vibrant aux rythmes des algorithmes de nos Intelligences.
Certains disent que le temps est venu pour les Bio et le Métal de prendre des chemins de destinées différentes. D’autres pensent au contraire que, sous l’impulsion de l’ me Bruka, et grâce aux nouvelles relations Espace Normal et Triche qu’il instaure, les êtres de cellules et les êtres d’infini vont enfin pouvoir se rejoindre.
Je fais parti du camp des optimistes. Comme jamais auparavant je ne ressens à ce point l’amour fraternel qui unis nos deux peuples de la grande humanité.

L'Actualité - L'Abram recouvre sa liberté

L’Abram n’est plus dépendant de l’énergie des trois soleils du Nid.
L’abondance de sources énergétiques dispensées par Bruka suffit à la consommation du Traceur et même, au-delà, subvient aux immenses besoins du vaste plan de colonisation des planètes de l’Entité.
L’Abram à décidé de reprendre, pour une durée indéterminée, une vie nomade. Ila soumit au cycle dernier cette idée à la Grande Assemblée qui a décidé de rendre son vote au Traceur.
 
C’est ainsi que, au terme des préparatifs qui ont permis de couper les trois cordons nous liants aux soleils du Nid, l'abram s’est échappé de ce système qui, si il a été la scène de nos débuts difficiles, n’en n’a pas moins été le gage de notre survie.
Ce départ fut l’occasion d’une fête organisé par les hauts quartiers du secteurs des Châteaux.
La compagnie du Cœur Serré a poussé son cris du premier changement de cap jusqu’à ce que nous perdions de vue les trois astres du nid. Une cérémonie de l’échange à clos les festivités, tard dan  la période basse de ce dernier cycle.

L'Actualité - La Fresque

Un mystère, un de plus, vient égayer le train train retrouvé des jours meilleurs.
Il est possible d’admirer depuis le demi cycle dernier, une grande fresque couvrant une partie non négligeable du plastron nord de la bouche des grands pavillons de propulsion primaire (en queue de traine, entre la pointe de l’échappement principal du réacteur noyau et du pilier de soutien de la vigie… vous voyez ?).
Enfin, ce qu’il faut admirer à cet endroit est la magnifique peinture , fabuleux dessin, d’une pieuvre stylisée dont j’ai, ici, tenté de rendre toute la beauté ultra définitive par la copie devant avant.
La belle chose doit mesurer son bon millier de kilomètres dans tous les sens de la rosas.
Un trait certain, pas de dérapage. Je rage de n’avoir vu l’artiste à l’œuvre ! Et si vous avez le moindre début de commencement d’idée qui expliquerait la méthode employée par notre nouvel artiste de la cuirasse, je suis fort preneur.

L'Actualité - La construction de l'Hipparque a été décidée

Il s'agit d'un monstronef de petite taille qui servira au transport de matières premières entre les colonies. Il s'agit dans un premier temps de monter une expédition pour la capture d'une étoile à neutron (nécessaire à la propulsion d'un monstronef).
 
Je me renseigne pour avoir plus de détails : qui finance, combien de personnes vont partir. Le Neden vendrait bien sa tekno à l'expédition. Qui puis-je rencontrer ?
C.F.Empire, Traceur et économie. C'est l'Abram qui fournit les ressources nécessaires pour toute l'entreprise. La société qui remportera le projet obtiendra l'exploitation de l'Hipparque (si la dite société s'engage à remplir la mission pour lequel il sera construit). Cette échange a été validé par le Servant 6 (expression) . Un appel d'offre est donc lancé pour l'obtention du projet. Il est possible de faire une proposition globale qui traite la totalité de l'entreprise, ou de faire des propositions plus spécifiques, traitant de point particulier comme la capture de l'étoile à neutron. Il peut être intéressant pour le Neden d'être associé au projet, cela donnerait à cet "esprit" (branche d'une pensée) un outil de dissémination de la technologie. Pour le Neden, une équipe de six Bio et dix Intelligences dont un servant pilote d'un Pesant doit suffire pour l'expédition de capture.
[NB : Tu pourras certainement en savoir plus si ton personnage exerce un métier ayant rapport avec ce genre d'activité.]
Si tu désires soumettre une proposition quand à ce sujet, tu dois pouvoir demander une entrevue en salon virtuelle avec OyoGaiishi, Intelligence secrétaire du Servant 4 (navigation). 
 
Rapport A410PLR85 relatif aux décisions prises par le Conseil des Elus du Neden :
Marys Re, Elu Méca Sourde, prend en charge l'opération. Notre objectif est de proposer à Oyo Gaiishi le traitement complet de l'opération : localisation et capture de l'étoile à neutron, apport de la tekno NEDEN pour la construction de l'Hipparque.
En échange, nous demandons 16% des capacités de fret de l'Hipparque jusqu'à reclassement du monstronef. Cet espace nous servira à transporter puis vendre notre technologie auprès des colonies. Nous nous engageons à respecter l'objectif premier de l'Hipparque (transport des matières premières entre les colonies) en profitant simplement de ses itinéraires et escales sans jamais imposer les nôtres.
270102
Il faut, dans un premier temps, convaincre Hapos, Intelligence superviseur de la pensée Culture sur l'Abram.
Qui est Hapos : Hapos ne se veut pas un décideur. Il se décrit comme un colporteur d'idées. Pourtant, c'est à lui que revient la tâche de décider de la répartition des ressources de la Culture à bord de l'Abram. C'est une vieille Intelligence (2500 ans) qui à une parfaite connaissance du fonctionnement des pensées et particulièrement dans le milieu confiné des Traceurs (c'est son troisième exode à bord d'une nef d'ensemencement). Ses méthodes sont avant tout basées sur le consensus et la diplomatie. Mais si la situation l'exige, il peut devenir calculateur, voir machiavélique. Sa foi en la pensée de la Culture est inébranlable et son oeuvre toute entière tend à la défense de cette conviction. Ce serait un guide idéal si il n'y avait son âge très avancé qui n'est pas sans créer des tensions entre les élus responsables des différentes branches de la pensée de la Culture, qui voient là une possibilité de promotion future.

L'actualité - L'Arbre Chat dans le secteur du Grand Vent

L’Arbre Chat fait son apparition dans le secteur industriel du Grand Vent et assainit le Lac d’Acide. Un groupe radical de la Pensée Penchée s’insurge, cris à la destruction du patrimoine méca et menace d’abattre les premières branches de cette frondaison pourtant attendue par une majorité des résidents de l’Abram. Les premières infiltrations d’iotype mercuriale sont apparues dans les quartiers inférieurs et malgré la possibilité, évoquée par les partisans de la conservation du Lac, d’isoler ce dernier par un treillis Psyrigide, le Traceur a préféré la solution d’inhibition anthropique. Là où certains critiques un manque d’originalité et de prise de risque d’autres y voient une habitude héritée de la grande Crise Energétique. 

L'Actualité - Fête d'Irlan ce soir au Chapeau 202

Ce soir aura lieu la grande fête de l'Irlan. Elle sera célébrée cette année sous le dôme du Chapeau 202, plage sud de la Grande Surface.
 
Si vous désirez vous y rendre par télé porteur, éviter les centres Josqy et Duob particulièrement encombrés actuellement, certains de leurs podes sont en effet inaccessibles pour des raisons de maintenance.
Le programme des festivités sera particulièrement riche cette année puisque tous les participants seront conviés à une vaste chasse au trésor, que le cirque AÉnergie donnera une représentation très attendue, qu'une piscine AG sera élavée au centre du Chapeau 202 et enfin, que le Naviguant Onéguïne devrait apparaître en fin de soirée (pour ne pas dire en début de matinée!) en compagnie des dix holo de nos premiers servants - colons.

L'Actualité - Le château de Lenne

’Intelligence exploratrice Sazu de la famille ascendante du Centre et d’alias Voyage Loin et Reviens nous, rapporte une bien curieuse découverte.

Sur la planète Lenne du secteur de l’Impasse, proche de la tangente du Méridien Indirect Sans Sursis, se trouve les ruines d’un ancien château fort. La particularité, dans ce cas précis, est qu’il n’existe sur la planète aucun autre vestige de civilisations passées. Ni sur la planète ni sur aucune autre du même système.

Lenne est une planète propice au développement Bio. Une forêt luxuriante couvre la totalité des terres émergées. Un arbre unique en est le principal habitant. Ses racines ont conquis les vingt-huit continents, ses troncs s’élèvent à plus de 3000 mètres du sol, certaines mers sont recouvertes d’un dôme végétal constitué de ses branches entremêlées et sa canopée perce en certains endroits l’atmosphère.

La faune est abondante, forte de plus de quinze million de cycles d’évolution sans extinction de masse recensée.

Mais aucune civilisation n’a jamais émergée, malgré ces conditions favorables. Seulement une vie animale, végétale et microbienne débordante de vitalité, de force et d’ingéniosité. Mais… pas l’ombre d’un début de commencement de sapiens-sapiens.

Et pourtant, juché là, au sommet d’une haute colline, existe une ancienne place forte. On y accède après avoir traversé un pont de pierre et passé une grille barrant un chemin courant à flanc de falaise. La voie semble entretenue. Mais le château lui est bien en ruine. On y trouve les vestiges de douves, de remparts, de six tours, d’un donjon, d’une chapelle, d’une forge, d’un moulin et bien d’autres bâtiments plus ou moins identifiables.

L’ensemble est d’envergure. Le mur d’enceinte englobe un vaste périmètre, la forêt a poussé dans la cour mais l’édifice, lui, a été épargné par la végétation. Les murs, les granges, les préaux, les cours, tout semble épouser les rondeurs de la colline, donnant cette impression d’une construction aussi naturelle que peut l’être la flore environnante.

Plus étonnant encore, les nombreuses pièces du château regorgent d’antiquités de natures et d’origines diverses. Peintures, sculptures, vaisselles, mobiliers. Tous ces objets ne semblent ni vieux, ni récents. Ils ne peuvent pas être rattachés à une culture unique, rien qui ne puisse être étudié à la lumière d’une recherche archéologique poussée.

Les œuvres d’art semblent donc provenir de civilisations diverses. On y trouve représentées des productions semblables à celles de cultures Bio connues. Mais ce n’est qu’en apparence. Si l’on y regarde de plus près, des détails subtils mais néanmoins sans appel montrent qu’il s’agit d’objets provenant de civilisations inconnues.

Cette affaire, ce mystère pourrait-on dire est prise très au sérieux par le Traceur. Le Servant Solune indique vouloir mettre cette planète en quarantaine, allant même jusqu’à soupçonner une tentative d’escroquerie, sans donner plus de détail. Ces accusations, rares dans la bouche de notre Servant, ne sont pas, pour l’instant, accompagnées d’initiatives particulières.

Nous resterons donc attentifs à vous garder dans la confidence et vous tenir informés des évolutions de cette curieuse affaire.